Et si L’Estaque m'était contée ?

Par Geneviève Blanc

L'Estaque-gare et Saint-Henri

L’Estaque-Gare est mitoyen de Saint-Henri, les deux quartiers sont liés par l’argile et les tuileries.

Ils s’étendent du bord de mer, de Saumaty où était érigée la Tour Saumaty, et La Fontaine des tuiles vers le Chemin de la Nerthe. Au-delà de la voie P.L.M et de la Gare de l’Estaque surplombent les collines de Château Bovis, belvédère d’où Cezanne peindra à plusieurs reprises le Golfe de Marseille vu de l’Estaque, tableaux conservés au MET à New-York, à Chicago, Rotterdam, Cambridge ou Karlsruhe.

De nombreuses familles de tuiliers, les Sacoman, Guichard, Roux, Arnaud, Fenouil, Carvin possédaient des tuileries comme La Plata, La Sacomane, Le Régali, Fenouil-la-mer, Mouraille, Amédée Pierre, produisant tuiles et carreaux, activités développées grâce au Four Hoffmann.

Au milieu du XXème siècle, cette activité a retenu l’attention de peintres engagés comme les peintres prolétariens que sont Serra, Toncini, Tognetti, mais aussi Astruc, Rosso, Dufy intéressés par ce monde ouvrier, et des peintres étrangers comme Revold ou Oskar Moll.

Leurs tableaux sont abondamment illustrés dans le livre.

Vue sa position, l’Estaque jouera un rôle stratégique pendant la guerre ; on y retrouve encore les blockhaus du Boulevard Fenouil.

De nos jours toute activité liée à l’argile a disparu, laissant place à une zone d'activité tertiaire.



Et si L'Estaque m'était contée ?

Introduction
L'Estaque-Riaux
L'Estaque-Plage
L'Estaque-Gare et Saint-Henri
Un Aperçu
Pour acheter le livre
Actualités